PORTABLE
TAB PORTRAIT
TAB PAYSAGE

Le mot du Maire

Vive 2021

L’année qui s’achève restera à jamais gravée dans nos mémoires. Elle fut exceptionnelle non pas grâce, mais à cause d’une maladie infectieuse appelée COVID 19 apparue à WUHAN le 17 novembre 2019, qui se propagea en quelques semaines sur l’ensemble de la planète.

Pour tenter de lutter contre la propagation, la plupart des pays ont pris les mesures drastiques que vous connaissez. A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, le confinement du printemps (17 mars au 11 mai) en fut l’illustration. Cette restriction de liberté acceptée sans rechigner par tous les peuples y compris « les gaulois réfractaires » montre bien le climat qui régnait sur notre bonne vieille terre, climat de peur, peur de mourir, peur de donner la mort en contaminant d’autres personnes plus fragiles, peur de perdre son emploi, peur de ne pouvoir se nourrir…bref une sale période, l’économie qui dévisse…

L’été est passé, puis nouveau confinement à compter du 30 octobre, moins sévère, les écoles sont ouvertes, les salariés peuvent aller travailler s’ils exercent une activité essentielle à la nation.

Pas facile de gouverner et d’arbitrer, car vu d’ici, on se demande si c’est bien raisonnable d’appliquer les mêmes règles à Paris et à Xanton. Seul point commun, nous avons de plus en plus d’écrans et de moins en moins d’humain. L’emprise du numérique s’accélère avec les mesures de réclusion et de distanciation sociale imposées à la population. Un nouvel individu émerge, connecté, étalant ses rancœurs sur le net, se croyant autonome et tout puissant, produit d’une soumission croissante à la technologie qui sape toute cohésion sociale.

Est-ce ainsi que nous voulons vivre ? Je ne le crois pas. Gageons qu’il ne s’agit que d’une parenthèse due à des circonstances exceptionnelles. L’individu a besoin de lien social, de vivre en société. Quitte à être les derniers des Mohicans, ne cédons pas à la tentation du virtuel.

2021, c’est tout à l’heure, je vous souhaite à toutes et à tous seulement le meilleur pour cette nouvelle année. Nous aurons, si la pandémie nous laisse en paix de nombreuses occasions de nous retrouver, si vous le voulez bien.

 

Le Maire, Claudy RENAULT